Ici Paris - Cap sur le Japon !

Article paru dans la revue "Ici Paris" (août 2021)

BIEN-ÊTRE – Cap sur le Japon !


On s’inspire de l’empire du Soleil Levant pour prendre soin de son corps et de son esprit.


3 questions à Claire Rouger, praticienne en médecine traditionnelle japonaise (MTJ) et auteure de Médecine traditionnelle japonaise, le grand livre (éd. Leduc).


Quelles sont les origines de la MTJ ?

Inscrite dans la continuité de la médecine traditionnelle chinoise (MTC), elle s’est également nourrie d’apports venus de l’Occident à partir du XVIe siècle. Cette pratique s’appuie sur la vision taoïste, qui est l’un des trois piliers de la pensée chinoise. Cette philosophie est à l’origine de la loi des cycles naturels et de la mutation permanente. Elle postule que l’être humain fait partie intégrante de la Nature et doit évoluer en harmonie avec elle.


Quels sont ses grands principes ?

C’est une médecine holistique, qui cible à la fois le corps et l’esprit. Tout comme dans la MTC, l’énergie vitale (ki au Japon et qi en Chine) circule le long des méridiens. Quand elle est bloquée ou entravée, le corps fonctionne mal et des maladies peuvent apparaître. Autre principe : le in et le yo (qui correspondent au yin et au yang chinois), deux notions qui semblent opposées et sont pourtant complémentaires. Du bon équilibre entre le in et le yo dépend l’activité du ki et une bonne santé. Par ailleurs, la MTJ agit aussi bien à titre préventif que curatif.


De quelle palette d’outils dispose le praticien ?

Il a recours au shiatsu et à l’acupuncture japonaise, plus douce que l’acupuncture chinoise, qui se pratique à l’aide de très fines aiguilles ou de petits outils (tiges au bout arrondi…). Il a aussi recours à la moxibustion (bâton ou cône d’armoise chauffé) réalisée sur la peau ou à distance. Il peut aussi s’appuyer sur le sotai, une méthode de posturologie. Par ailleurs, il dispense des conseils sur l’activité physique, le bien-être émotionnel, l’alimentation…




4 astuces pour une harmonie du corps et de l’esprit


1• À table, frugalité et ode à la beauté

N’ayez pas le ventre plein en sortant de table. Ne dépassez pas 80 % de vos capacités. Pour ce faire, mangez dans le silence et le calme. Soyez attentif aux sensations de votre corps. Prenez le temps de mastiquer chaque bouchée, en vous attardant sur les saveurs, la consistance des aliments… Une assiette constituée de petites portions d’aliments de textures et de saveurs différentes comblera vos papilles et votre appétit. Ainsi, invitez dans votre assiette du cru et du cuit, de l’onctueux et du croustillant, de l’amer et du salé… Faites la part belle aux algues (wakamé, kombu…), aux aliments lacto-fermentés (miso, tofu…). Modérez votre consommation de sucre et de viande. Enfin, la culture japonaise accorde beaucoup d’importance à la beauté. Cette quête esthétique se traduit par une vaisselle aux formes et aux couleurs en accord avec les aliments, juste pour le plaisir des yeux. Une forme d’éthique pour soi-même et pour ses convives.


2• Les bienfaits du shiatsu

Il s’est développé à partir des pratiques traditionnelles de massage japonaises et des techniques occidentales telles que l’ostéopathie ou la chiropraxie. Il consiste à exercer des pressions avec les pouces, la paume des mains et parfois les coudes et les genoux. Le praticien travaille sur les méridiens du corps. Le shiatsu est recommandé à titre préventif, ou curatif pour soulager les problèmes ORL, les migraines, les troubles digestifs, les douleurs des règles, les troubles du sommeil, les addictions…


3• La force de l’ikigaï, du wabi-sabi et du kintsugi

« L’ikigaï est une philosophie qui invite à vivre le moment présent, à trouver de la valeur aux petites choses du quotidien, à lâcher prise, à être en harmonie avec soi et les autres », détaille Odile Noël-Shinkawa dans son livre Vivre l’instant présent avec l’ikigaï (éd. Eyrolles). Une philosophie positive qui fait du bien au corps et à l’âme. On peut aussi s’inspirer du wabisabi, une vision particulière du monde qui célèbre la beauté dans l’imperfection. Et s’initier à l’art du kintsugi, qui consiste à réparer les objets brisés ou fêlés avec de la laque d’or. Un peu comme si on réparait nos fêlures intérieures. Une histoire de résilience, donc…


4• Le corps en mouvement

Le shinto, qui vénère les forces naturelles et s’imprègne de l’animisme et du chamanisme, ainsi que le bouddhisme sont deux religions très présentes au Japon. Elles accordent beaucoup d’importance à la nature. Cette dernière fait d’ailleurs partie de l’esthétique zen. Les Japonais sont adeptes des shinrin-yoku (bains de forêt) depuis le début des années 1980. Le fait de s’immerger dans la forêt procure des bénéfices sur le plan physique et émotionnel. Cela permet donc de se reconnecter à soi-même et d’avoir conscience du rythme des saisons. Aucune forêt près de chez vous ? Ressourcez-vous dans un parc. Faites une marche méditative. Prêtez attention à la verticalité du corps, au contact des pieds avec le sol, à la respiration… Admirez la délicatesse des pétales des fleurs, la forme des arbres… Vous pouvez aussi vous inspirer du taïso (exercices de gymnastique) en effectuant chaque matin des étirements pendant dix à quinze minutes pour réveiller votre corps.


Article Ici Paris 08 2021 Médecine japonaise
.pdf
Download PDF • 534KB