Du repos à la reprise

Prolonger "l’effet vacances” ou en finir avec "l’effet rentrée” ?!

C'est la fin de l'été et chacun·e voudrait trouver la formule magique pour en prolonger ses bienfaits. Mais comment aborder autrement la rentrée ?


On n’est jamais assez prêt pour redémarrer après les congés de l'été et cela peut nous sembler de plus en plus difficile au fil des années : la sonnerie du réveil nous brusque, le trajet pour le travail est pénible, les bruits de la ville nous agressent. Dur de rentrer ! Faisons un pas de côté avec la médecine traditionnelle japonaise.

Se reposer plus ou s’épuiser moins ?


Le tempo des vacances nous manque. C'est qu’on s'y autorise à faire moins de choses et à (un peu) modifier nos habitudes. Tout au long de l’année, nous repoussons nos capacités souvent au-delà de nos limites. Aucune fenêtre de repos n’est alors suffisante pour rattraper la “dette“ de fatigue. Il faudrait réussir à maintenir un meilleur équilibre entre notre vie professionnelle et les autres facettes de notre existence. Pour cela, pas de recette miracle, mais plutôt des principes à retenir et des réflexes à adopter.


Gardez en tête une chose : un sommeil de bonne qualité est fondamental pour la santé. En MTJ, la régularité est essentielle : essayez de vous coucher et de vous réveiller à la même heure tous les jours (le mieux est autour de 22h). Vous ressentirez rapidement le bénéfice d'un temps suffisant de sommeil et une vraie sensation de repos et de vitalité, signe d'une nuit réparatrice.

Nul besoin de sacrifier votre vie sociale d’ailleurs. Lorsqu'il y a des “exceptions”- qui sont des ponctuations - les habitudes bien établies permettent de reprendre de suite le rythme lorsqu'on y a parfois dérogé.


Un autre principe à garder en tête est le lâcher prise. Si on ne peut pas toujours contrôler les pensées récurrentes qui nous encombrent au quotidien, on peut choisir de les alimenter… ou pas. Tâche essentielle et délicate : si, au début des vacances, vous êtes capable de vous dire : “Je m’occuperai de ceci quand je pourrai”, il devrait être possible de le faire le reste de l’année. Vous allègerez votre charge de travail et votre mental.


La concentration sur la tache à accomplir à chaque moment de la journée peut se trouver en cloisonnant, en ouvrant et fermant des “portes“ : la porte de la maison, la porte des transports, celle du travail, puis l'inverse en fin de journée. C'est une très bonne façon de diminuer le stress et d'être pleinement au moment que vous vivez.


Des vacances au quotidien


Les vacances sont associées généralement à des moments qu’on s’accorde : flâner, ralentir, mieux manger, etc.… Nombre d’entre nous trouvent pendant ces quelques jours le temps de s'alimenter tranquillement, de se préparer un petit-déjeuner complet chaque matin ou de cuisiner au moins un repas complet. S’hydrater devient aussi un réflexe beaucoup plus facile, et pas seulement à la plage. Et, comme vous le savez déjà, manger correctement et s’hydrater régulièrement sont des gestes cruciaux souvent négligés, qui permettent de rester en bonne santé.


L’activité physique est parfois le seul temps de pause que l’on s’accorde à soi-même, où l’on se permet de “ne rien faire“. Il n’est pas forcément question de course à pied chaque matin ou d’exploits de natation ici (si c’est votre cas, bravo !) - même si un minimum de pratique trois fois par semaine est souhaitable, je vous le rappelle souvent lors des rendez-vous ! Une balade raisonnablement longue à la fin de la journée, une randonnée ou une escapade à vélo permettent au corps de se dépenser. Vous laisserez aussi de côté les pensées pour laisser place aux ressentis, vous remarquerez les variations de la nature et vous affuterez vos cinq sens. Laissez faire !Tout cela est bénéfique pour la santé physique, mais aussi, nous le rappelle sans cesse la MTJ, pour la santé mentale et donc votre équilibre.


Petit plus pour bien commencer l’année : venez me voir en prenant rendez-vous par ici.

Pour en savoir plus sur la MTJ, plongez dans “Le grand livre de la médecine traditionnelle japonaise” aux Editions Leduc.

Pour me suivre sur Facebook, c’est plutôt par là.